AMÉNAGEMENT POUR POLICE MUNICIPALE
Nous utilisons les cookies, même de tierce partie, pour personnaliser votre expérience d’utilisateur et pour étudier la façon dont est utilisé notre site internet. En naviguant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies. Pour plus d’informations cliquez ici

Un aménagement pour la police municipale

Chaque travail qui nécessite l’usage d’un véhicule de support a des exigences bien définies : c’est ce que constatent chaque jour les techniciens Syncro, lorsqu’un nouveau client leur expose ses exigences et explique sur quel fourgon ou van elles doivent être transposées.
Dans cette page nous voyons un aménagement spécial, réalisé pour les activités quotidiennes d’un commando de police municipale. Le véhicule dont il dispose est un Punto Van, un véhicule où l’espace des sièges arrière peut se transformer avec le coffre adjacent, en un espace de chargement aux dimensions adéquates pour héberger un petit aménagement.

Les requêtes de la police municipale

Les agents de police qui devaient utiliser ce véhicule avaient demandé de :


  • pouvoir compter sur une écritoire stable pour effectuer les petits travaux administratifs « on the road » et y poser éventuellement une tablette ;
  • avoir des tiroirs fermés pour y ranger stylos, tampons, feuilles de papier, bloc-notes de façon ordonnée et toujours à portée de main ;
  • brancher des appareils de petites dimensions au courant électrique ;
  • avoir une autonomie du point de vue énergétique, sans devoir utiliser la batterie du véhicule.

L’aménagement réalisé par Syncro pour la police municipale

Le mobilier installé à bord de ce Punto Van est simple mais fonctionnel : il s’agit d’une structure métallique
qui contient une armoire à tiroirs avec deux éléments, celui du haut étant un tiroir avec écritoire intégrée.
Cette solution est très utile pour disposer d’un plan de travail stable et homogène sur lequel remplir des contraventions ou consulter des documents, mais aussi poser un ordinateur portable ou une tablette, et ceci dans n’importe quelle condition logistique. L’écritoire, réalisée en bois résiné, est fixée sur le tiroir par des charnières. Elle se soulève en utilisant le trou percé au centre du plan, pour accéder au compartiment sous-jacent doté de tapis antiglisse, où l’on peut ranger les fournitures de bureau, les blocs-notes et autres documents. Le tapis, fourni en dotation avec tous les tiroirs métalliques, sert à éviter le glissement du contenu pendant le transport et garantit le maintien d’un certain ordre parmi les objets rangés.
Sous le tiroir/écritoire on trouve un tiroir « normal » de plus grande dimension qui peut aussi être doté de séparateurs métalliques pour mieux subdiviser l’espace.
Dans le compartiment resté libre entre l’armoire à tiroirs et le plan de travail, on a inséré une batterie auxiliaire de 50 Ah et un onduleur de 1000W à onde sinusoïdale pure, qui incorpore aussi le limiteur de décharge batterie. La batterie est maintenue en place par un système d’arrimage avec sangle. Le fait de pouvoir compter sur une fourniture de courant stabilisé permet aux agents de police qui utilisent ce véhicule de brancher des petits appareils électriques, comme les téléphones portables, ordinateurs, charge-batterie etc. sans craindre des dommages suite au déchargement de la batterie ou de se retrouver sans alimentation électrique.
La prise de courant branchée à l’onduleur se trouve sur le plan supérieur de l’écritoire métallique : de type escamotable, elle permet d’exploiter entièrement l’espace disponible lorsqu’elle n’est pas utilisée.
Les tiroirs occupent en largeur seulement un peu plus de la moitié du coffre, qui reste donc à disposition pour stocker d’autres chargements de petites dimensions.